Rejet la Loi du Retour

Join et signe!

En Novembre 1917, la Déclaration Balfour a été écrite a fin d’appuyer un foyer national pour le peuple juif. Le Secrétaire d’ Etat britannique Lord Balfour a affirmé explicitement que le besoin de ce territoire devrait tenir compte de la population non-juive qui vit en Palestine. «il a été clairement compris qu’il ne serait, en aucun cas, porté tort aux droits civils et religieux des communautés non-juives de Palestine ». La déclaration elle-même était un geste désintéressé, du moment qu’elle n’offrait pas du soutien ou aide pratique quelconque. Toutefois, elle est devenue, ces dernières années, un document pivot de grande importance symbolique.

Après la deuxième guerre mondiale (WWII), la communauté internationale a décidé la partition (Novembre 1917) de la Palestine restée britannique en deux foyers nationaux : un pays pour les juifs et un autre pour les palestiniens. Les leaders palestiniens et arabes ont rejeté le plan de partition. Les leaders juifs s’en sont conformés et ont déclaré leur indépendance en Mai 1948. Pendant la guerre qui s’est suivie, la Jordanie a occupé la Rive Occidentale (West Bank) et l’Égypte la Bande de Gaza. Les palestiniens ont été forcés à partir de leurs villes et villages par les milices sionistes, faits connus en langue arabe par le mot Nakba (désastre). Les palestiniens sans foyer sont devenus des réfugiés dans la Rive Occidentale (West Bank), dans la Bande de Gaza et dans les pays de frontière du nouvel état d’Israël.

En 1950, le parlement du nouvel état d’Israël a décidé de concéder la citoyenneté à tous les juifs qui la désirent. Tout juif avec un grand-parent juif pourrait accéder à la citoyenneté. De nos jours, la loi du retour est utilisée pour inviter les juifs qui, selon Israël, sont en danger dans les pays qu’ils considèrent comme leur foyer. L’objectif principal est celui d’augmenter la population de Juifs Israélites dans les statistiques démographiques d’Israël et de la Palestine, où la population non-juive est perçue comme une menace démographique.

En Juin 1967, les forces israélites ont occupé des territoires que la Jordanie et l’Égypte avaient pris pendant la Guerre d’Indépendance de 1948. Ces terres étaient le foyer pour beaucoup de Palestiniens qui s’étaient enfuis ou avaient été forcés à laisser leurs villages et villes durant la Nakba.

De nos jours, la loi du retour est utilisée pour augmenter la population de Juifs Israélites tandis que la population palestinienne est vue comme une menace démographique, les dépossédant de leurs biens et les obligeant à partir en exile. Les points les plus saillants de la loi ce sont la poursuite du conflit et l’absence de justice.

Pour exprimer notre unité dans la protestation, nous, du mouvement global juif progressiste, renonçons à l’idée du retour et rejetons tout “droit” de l’”Etat Juif”.

Pour exprimer le rejet la Loi du Retour vous pouvez signer notre déclaration:

Moi,_____ , en tant que Juif et citoyen de  ____  rejette la Loi Israélite du Retour. Cette loi me concède la citoyenneté israélite. Je ne peux pas l’accepter tant que seront niés aux réfugiés palestiniens tout droit au retour dans leurs foyers.

Pourquoi?

  • Mon identité Juive est pour l’affirmation de la justice, la diversité, l’égalité et la valeur des vies humaines
  • En outre, cette loi injuste d’Israël alimente le conflit asymétrique entre Israélites et Palestiniens et par conséquence empêche la possibilité d’une paix juste.
  • L’Etat d’Israël ne représente pas tous les Juifs du monde ni la profonde tradition éthique Juive
I would like to stay anonymous (no name shall be displayed)
Sign it